J + 2 : retour à la maison !

Rappel :

Le contexte : pourquoi une ostéotomie bimaxillaire ?

Récit de l’Ostéotomie bimaxillaire à J + 0

.

.

Au réveil, je suis comme un dingue : aujourd’hui je rentre chez moi ! VOUS POUVEZ MÊME PAS IMAGINER COMMENT J’AI HÂTE.

Dans la nuit, ma perf s’est encore bouchée. Les infirmières se prennent la tête grave pour régler ça, elles font même venir une sorte de chef des infirmières. Bon, ça sert à rien, au bout de vingt minutes ça se rebouche…

Mais je m’en fous, à 14 heures je rentre chez moi !

Mon voisin est allé faire des radios la veille, j’espère qu’on va moi aussi m’y emmener. Tu parles. Que dalle.

Au petit-dej, toujours des yaourts et un thé.

J’aurais aimé me doucher, mais personne ne veut me libérer de ma perf bouchée qui ne sert à rien. Je suis donc condamné à me laver avec des kleenex…

Mon voisin de chambre sort à 10 heures. Lui aussi est comme un dingue. Tous les deux, on est surexcités. C’est un petit jeune de 20 ans. Il m’explique que cette opération est comme une renaissance, vu que tout le monde se fichait de lui à l’école à cause de son menton trop avancé.

Il part dans la matinée avec ses parents. Je regarde la télé, pour faire passer le temps. Mais il passe doucement…

A 11 heures, on m’apporte le déjeuner. ENFIN DU CHAUD ! Une purée de haricots verts qui me semble être le summum de l’art culinaire, sur le coup. Ca fait vraiment du bien de manger autre chose que des yaourts et des compotes. Je me régale.

ENFIN LES INFIRMIERES RETIRENT LA PERF… Je peux m’habiller. J’ai tellement hâte de partir.

Mon chirurgien arrive. Il me donne une pièce en plastique, moulée à partir de mes dents (on a fait ça trois semaines avant l’opération), que je devrais mordre pour bien positionner les mâchoires. Puis des élastiques que je devrais fixer à la hauteur des canines, grosso merdo, pour que tout ça tienne bien comme il faut.

pièce à mordre

Il me prescrit du paracétamol normal,  du paracétamol codéine et un bain de bouche. C’est tout. Je dois aller faire les radios chez mon orthodontiste : tant pis, ça aurait été tellement plus simple que je les fasse sur place à l’hôpital…

ET ON SE BARRE !

Ca fait bizarre de sortir, d’entendre le bruit des voitures, voir les gens, normaux, qui avancent vite… J’ai deux de tension, je me traîne. J’ai mis la capuche de ma parka, en mode Kenny, pour qu’on ne voie pas ma tronche de cake.

De retour chez moi… Quel bonheur.

Je me dépoile et file sous la douche. JE ME LAVE LES CHEVEUX. JE ME LAVE AVEC DU SAVON, SOUS L’EAU CHAUDE.

On a tout préparé pour que je sois installé comme un prince. Un duvet est posé sur le divan, avec toute une batterie de coussins. L’ordinateur à côté (on a pas de télé).

Je regarde mes mails, mon facebook, mon blog. C’est mon anniversaire, aujourd’hui. Trente piges.

Un vrai bonheur d’être chez soi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s